Archive for August, 2008

Laissez les anonymes tranquilles

Friday, August 8th, 2008

Il se déroule en ce moment dans la blogosphère québécoise un très bon débat sur le “problème” des commentaires indésirables dans les blogues.

Cela a commencé par la montée de lait de Patrick Lagacé, puis celle de Nelson Dumais, suivies de billets par plusieurs blogueurs connus et respectés, dont ceux de Mario Asselin et de Michael Carpentier que je trouve particulièrement intéressants.

Et naturellement, dans tout ce débat, les contributeurs anonymes en prennent pour leurs rhumes.

Le web est un organisme complexe dont les assises reposent sur la liberté. La liberté de communiquer bien sûr, puis la liberté d’écrire, de lire, d’écouter, d’échanger, de performer, de regarder, de créer, de revendiquer, et la liberté de copier et d’être copié.

Mais il y a aussi la liberté d’être ou de ne pas être.

Toute initiative allant à l’encontre de ces libertés, aussi insignifiante soit-elle, est condamnée, sinon à l’échec, à gaspiller à tout jamais une partie des ressources à combattre la tendance naturelle des choses et des êtres du web à exercer cette liberté.

Tout comme, par exemple, le droit d’auteur est une entrave à la liberté de diffusion d’une oeuvre, l’identité physique du créateur peut être une entrave à sa liberté d’expression. Ces notions vont à l’encontre de l’essence même du web, et l’on ne peut les imposer qu’au prix d’un effort constant et stérile.

Que l’on aime ou pas l’anonymat, il est beaucoup plus constructif de faire avec, et d’apprendre à l’apprivoiser. Et puis de toute façon, pour quoi faire la vraie identité?

La réputation de ma personne virtuelle est au moins aussi importante pour moi que celle de ma personne physique. Je ne prendrais pas plus le risque de détruire cette réputation par des commentaires “trolliens” que si mon identité physique était en jeu.

Au début, j’ai décidé d’être anonyme un peu sans raison, un peu par pudeur. Maintenant, je choisis d’être anonyme par conviction, parce que je revendique ce droit.

Pierre M