Archive for May, 2008

L'empire contre-attaque

Saturday, May 31st, 2008

Ceux qui suivent un tant soit peu l’actualité techno ont certainement entendu parler de la saga entourant la tentative d’achat de Yahoo par Microsoft. Après moult péripéties, Microsoft a finalement abandonné l’idée, bien que des discussions soient apparemment toujours en cours.

Ce qui relance de plus belle les rumeurs récurrentes que Microsoft aurait des vues sur plusieurs autres “petits” joueurs de l’économie du Web2.0. Il faut comprendre que Microsoft est plus ou moins désespéré à trouver le moyen de rattraper Google dans la course à la domination du web. Suite à son échec avec Yahoo, et après avoir connu un succès très mitigé avec ses propres initiatives internes (Live Search Books en est le dernier exemple), plusieurs analystes croient que Microsoft n’a d’autre choix pour assurer sa croissance sur le web que d’acheter les plus prometteurs des plus petits joueurs de l’industrie. Les rumeurs les plus sérieuses concernent actuellement Facebook, mais Digg revient également souvent dans l’actualité.

Tout ça au grand désespoir de bien des utilisateurs pour qui Microsoft représente, à tort ou à raison, l’empire du mal de l’industrie technologique.

Mais toutes les analyses savantes omettent à mon avis de tenir compte du pouvoir émergent de l’économie du web2.0, le pouvoir des communautés d’utilisateurs. Ce pouvoir qui par exemple a récemment forcé Facebook à reculer avec son controversé système publicitaire Beacon. Les usagers font preuve de plus en plus d’activisme dans les affaires de leurs communautés, une tendance qui n’est pas près de s’inverser.

D’ailleurs, l’une des communautés les plus revendicatrices, et qui pourrait bien être précurseur de ce qui est à venir, est celle des utilisateurs du site Digg. C’est peut-être la première communauté d’utilisateurs à avoir mis en scène une révolte populaire en ligne. En mai 2007, après que de petits malins aient réussi à percer le secret de l’encryptage du HD DVD et du Blu-ray supposément inviolable, la clé de décryptage s’est retrouvée en première page de Digg. Appréhendant de possibles poursuites judiciaires, les gestionnaires ont décidé de supprimer tout message contenant le code, suscitant une forte réaction d’indignation dans sa communauté. Celle-ci a réagi en submergeant le site de messages contenant le code et ce, jusqu’à ce que les administrateurs se plient à leur volonté, au risque de voir Digg fermer boutique.

Et la dernière rumeur de la vente de Digg à Microsoft a également déclenché une importante vague de commentaires hostiles. Pour ce qui est de Facebook, j’ai dénombré plus de 40 groupes opposés à une prise de contrôle par Microsoft. Cela n’empêchera peut-être pas les actionnaires de vouloir vendre, mais ce genre de réaction des utilisateurs devrait certainement faire réfléchir les acheteurs potentiels, surtout s’ils sont impopulaires. Après tout, un site web2.0 ne vaut pas grand-chose sans sa communauté.

Tous les joueurs du web dont le succès dépend un tant soit peu de la participation des internautes doivent réaliser qu’ils comptent désormais un nouveau membre dans leur conseil d’administration, et dans certains cas, un membre ayant une influence prépondérante sur leurs destinées. Ils se doivent d’en tenir compte dans les décisions corporatives.

Si j’étais à la place de Microsoft, je considèrerais sérieusement l’opinion des usagers avant de lâcher tous ces millions.

Pierre M.

Musiciens de la nouvelle économie recherchés

Tuesday, May 6th, 2008

Tous les créateurs qui recherchent désespérément “le” modèle d’affaires qui leur permettrait finalement de gagner décemment leurs vies avec le web devraient jeter un coup d’oeil aux discussions en cours sur le blogue The Technium. Le concept des “1000 True Fans” avancé par Kevin Kelly pourrait bien être l’eldorado tant recherché de l’économie internet. À tout le moins, c’est une très bonne piste.

En fait, c’est de 2 concepts distincts et complémentaires dont il est question.

Dans Better Than Free, un billet qui a eu un beaucoup d’écho sur la toile, Kelly énumère 8 valeurs “génératives” qui permettraient aux fournisseurs de contenus de faire de l’argent avec internet. La prémisse ici, c’est qu’internet est une gigantesque machine à “copier”, et qu’on ne peut donc plus faire de l’argent simplement en vendant des “copies”. C’est le problème auquel font faces tous les webtv, blogues, musiciens et autres créateurs du monde web.

Les copies étant gratuites, avec quoi peut-on maintenant faire de l’argent? Simplement en vendant des choses qui ne se copient pas.

Si vous voulez plus de détails sur ces 8 valeurs, je vous suggère de lire le billet (il y a une traduction en français ici), mais ils sont par exemple, la personnalisation, l’immédiateté (même si la copie est gratuite, l’avoir avant tout le monde peut certainement avoir une valeur), le patronage (paiement fait de façon volontaire), la “trouvabilité” (à quoi sert quelque chose de gratuit si l’on ne peut la retrouver dans l’immensité de la toile), etc.

Le concept des 1000 vrais fans, lui, énonce que pour vivre de son art, il n’est plus nécessaire de viser le méga succès suivi des traditionnels contrat, promotion et célébrité, tel qu’il est pratiquement la norme dans l’industrie. Plus facilement, on peut arriver à vivre de ses oeuvres en développant et “cultivant” un réseau composé d’un nombre limité de véritables admirateurs, prêts à acheter à peu près tout ce que l’on a à offrir, toujours selon les 8 valeurs génératives mentionnées précédemment. Le nombre de 1000 est davantage un ordre de grandeur qu’une valeur absolue. Pour certains, le nombre de vrais fans requis peut être de 10 000, pour d’autre 100. Chacun est un cas particulier.

On s’en doute, et on le voit dans les commentaires, plusieurs ont des doutes sur la viabilité d’un tel modèle. De plus, une recherche dans le domaine de la musique n’aurait déniché aucun musicien qui réussit à vivre uniquement de cette façon.

Pour démontrer le concept, Kevin Kelly lance donc un appel afin de trouver des musiciens qui répondraient aux conditions suivantes: pas de liens présents ou passés avec l’industrie musicale traditionnelle, et vivant à 100% de son oeuvre dans un environnement “open media” ou “free culture“. Il affirme que s’il n’en trouve aucun, il rendra les armes.

À tort à mon avis.

Ce modèle économique n’est possible que grâce à internet. La source même de son existence découle de l’essence du web: la communication. Il est donc tout à fait normal qu’une des clés essentielles à son succès réside dans la qualité du lien entre les fans et l’artiste. Cela est d’ailleurs souvent mentionné par les lecteurs de Kevin Kelly pour expliquer les échecs: la difficulté de l’artiste à établir une communication adéquate avec ses fans, soit par manque de temps, par manque de compétences, ou simplement par manque d’intérêt.

Ce sont les artistes qui maîtriseront les compétences requises en cette ère de communication totale qui pourront bien réussir à vivre de ce modèle. Entre autres, ils doivent avoir le “blogging”, le “chatting”, le “twittering, le “facebooking” et autres compétences de “social networking” littéralement dans le sang. Les créateurs doivent avoir les automatismes et le désir de communiquer avec leurs fans efficacement et sans douleur, et surtout avoir du plaisir à le faire. Après tout, la création est elle-même une forme de communication.

Si vous jetez un coup d’oeil aux pages personnelles de jeunes adultes, il est évident que cette génération sera beaucoup mieux équipée pour réussir dans ce nouveau paradigme (malgré les problèmes d’orthographe 😉 ). Ils sont nés avec l’outil et sont beaucoup plus à l’aise pour l’utiliser que les générations précédentes. Et ils assument aussi probablement davantage leur exhibitionnisme latent.

Je crois que le concept de 1000 True Fans représente un modèle d’affaires très prometteur pour l’avenir de la création sur internet. Même s’il s’avère difficilement réalisable pour l’instant, ce qui reste à démontrer, je demeure convaincu que ce n’est pas la fin de l’histoire.

Pierre M

D'autres petites vites

Saturday, May 3rd, 2008

Encore une fois, je vous fais part de mes petites découvertes faites au cours de mes pérégrinations sur le web.

Les sons holophoniques: mettez un casque d’écoute (recommandé) et fermez les yeux. Une illusion auditive hallucinante.

Pour les non “gamer” intéressés à voir où la qualité des jeux vidéo en est rendue. Impressionnant. Imaginez maintenant ce genre de jeux avec des sons holophoniques. Succès garanti.

Une autre façon amusante d’utiliser internet pour faire du marketing.

À voir dans les écoles des biens nantis du futur.

Une création visuelle addictive.

Un nouveau concept de vidéo 360. Intéressant.

Et finalement, pour ceux et celles n’ayant pas encore eu l’occasion de voir cette vidéo extraordinaire, un mème classique d’internet. Ce qui est drôle, ce sont les commentaires des gens qui prennent en pitié les “gentils” buffalos contre les “méchants” lions. Les lions n’ont pas le droit de manger eux?

Pierre M